L’AISNE NOUVELLE
Jeudi 16 Mars 2000 - Gauchy (02)

Délire avec la Famille Morallès

Il est bien souvent des titres mensongers en matière de spectacle, celui de la famille Morallès, le Cirque Autrement, ne l’est pas !

Après que quelque 800 enfants aient déjà assisté au spectacle dans la journée, vendredi soir, dans la continuité de l’exposition photographique intitulée : « Tziganes, le droit à la différence » le public était convié sous le chapiteau de la famille Morallès.

Les absents ont eu tort. Ceux qui se sont laissés influencer par le petit chapiteau, pensant qu’il s’agissait une fois encore d’un cirque comme les autres, peuvent le regretter. Ces enfants de la balle ont décidé de vivre de leur art autrement, prenant le parti d’en rire, en démystifiant ceux que l’on appelle trop souvent encore, les voleurs de poules. Loin des spectacles scintillants de paillettes et de lumière, sans véritable orchestre et l’incontournable Monsieur Loyal, avec « Nuit Gitane » la famille Morallès séduit plus par l’ambiance, que par le spectacle lui-même. Bien sûr il y a du trapèze, des jongleurs, des magiciens, des montreurs d’animaux mais l’important est dans l’atmosphère. Plus que du cirque, sous une apparence décontractée et improvisée, les Morallès interprètent une véritable pièce de théâtre bien huilée ou rien n’est oublié.

Côté décor tout y est. Des roulottes aux rideaux de dentelle, des femmes aux robes typiques, et des hommes de vrais « Manouches », avec bien sûr l’enfant roi ! Le reste ne se raconte pas, il se vit. Le public est pris au piège, le spectacle commence bien avant que les artistes ne soient sur la piste. Avec Gino, Gaston, Ernesto, Carmen, Julietta… coups de gueule, jalousie, réflexions…tout fais rire. Au piano à bretelles, le beau-frère est à lui seul un véritable spectacle. Talentueux musicien jouant aussi bien du jazz manouche que du musette, ses réflexions valent à elles-seules le déplacement. Le spectacle terminé, le public quitte le chapiteau en éprouvant une réelle fascination, pour ces « voleurs de poules ».

E.L.

Fermer cettte fenêtre