Nouvelle République Romorantin
31 Mars 2006

CHOUETTE, REVOILA LES MORALLES !

Une représentation unique, cela veut bien dire immanquable ? Samedi soir, à 20h30, sous le chapiteau de la ferme de Courcelles, la famille Morallès présentera pour la toute première fois au public son nouveau spectacle.

 Voilà trois mois maintenant que la famille Morallès s’est installée sur le site de la ferme de Courcelles. Trois mois de résidence durant lesquels toute l’équipe s’est attelée très sérieusement au travail pour terminer la création de leur nouveau spectacle, « Michto ».

 Cette famille, pour ceux qui ne se seraient jamais trouvé sur leur passage, c’est une célèbre  troupe de cirque au talent démesuré ! Une vraie famille avec tout ce que cela dégage et avec, en plus, une passion commune : le cirque. Il y a une trentaine d’année maintenant que cette famille a pris goût à la piste et au chapiteau. Leur aventure s’est arrêtée quelque temps et a repris, il y a dix ans maintenant, sous la formation actuelle. Deux sœurs et un frère ont pris la relève de leurs parents. Mais la tradition perdure et aujourd’hui encore, « mamie Monique » comme ils l’appellent, la maman est là, tout près. Elle fait toujours partie de l’aventure et les aide beaucoup, comme l’a confié sa fille, Carmen.

 Pour ce nouveau spectacle, la famille Morallès a fait appel à Serge Dangleterre pour la mise en scène. Après plusieurs créations personnelles, Serge n’a pas pu résister à l’énergie dégagée par cette troupe. Il leur a fallu le temps d’apprendre à se connaître, « à s’apprivoiser », comme il dit, mais à en croire le résultat, le courant est bien passé. Le résultat ne déroge pas à la règle du « cirque autrement ».

De vrais instruments

« Michto » est un concentré d’émotions. Ce qui fait toute l’originalité du spectacle, c’est sans nul doute la place que prend la musique. Pas de bande-son, mais de vrais instruments (batterie, guitares, basse, piano, accordéon, harmonica, caisse claire, violon, trompette, saxophone, tout y est !)/ Le spectacle mêle et démêle les arts du cirque, revisite quelques chansons bien connues, entre autres créations, pour tenir le public entre rire et émotion durant une heure et demie.

Samedi soir, Mercedes, Carmen, Raoul, Gino, Frida, Carlotta, Lola, Ernesto, Augustin, Léon et Gaston ouvrent les portes de leur « très belle » famille.

Pour cette soirée, le public pourra crier « michto » à volonté. En manouche, « michto » veut dire « chouette », « super » ou encore « chic, chic, chic », voilà qui est bien approprié !

« Un spectacle féerique »

  Quelle gentillesse ! Alors que je ne désirai qu’une interview, les membres de la famille Morallès m’ont proposé d’assister au filage. Plus qu’une répétition, le spectacle dans les conditions du réel. Seule dans le public du grand chapiteau jaune et rouge, je me sentais petite fille. Toute petite fille qui rêverait d’un spectacle féerique rien que pour elle. Rien à voir avec du cirque traditionnel. Là, c’est tout autre chose. Pas facile de décrire.

  Ici, les clowns n’ont pas de nez rouge. Les artistes n’ont pas besoin de costumes à paillettes pour briller. Le fauve est un modèle réduit et le dompteur semble le vivre comme une frustration. Ici, les princes sont charmeurs, les fées volent vraiment et leurs voix plus cristallines et plus envoûtantes que dans le meilleur des songes. Tout est là, des numéros de voltige à la magie en passant par la jonglerie, mais à cela s’ajoute du swing, du groove et des textes… oh oui, des textes qui valent le coup d’oreille ! Ils ne s’en cachent pas, ils ont pris « le parti d’en rire » et, du coup, eh bien nous aussi. Et enfin, si comme ils le disent, « seules la joie et la gaieté peuvent nous sauver du pire », alors merci à eux d’être là !

 

 

 

Correspondante Nouvelle République, Céline Luneau

Fermer cettte fenêtre